[Intérieur] Un tapis de bain 100 % matériaux recyclés

Le tapis de bain économique et écologique de Michelle Kaufmann.

Quel est le point commun entre le tapis de bain POP CORN de chez Habitat et l’eco bath rug de Michelle Kaufmann ?

L’allure ? A coup sûr.

Le colori ? Sans aucun doute.

Le procédé de fabrication ? A peu de chose près. L’un est tissé à la machine, l’autre est noué à la main. Le premier vous coûtera la modique somme de 30 euros (?!?), le second le prix d’une vieille serviette de bonne qualité dont vous ne savez que faire et d’un peu d’imagination.

tapis_kaufmann1

Le procédé est simple : il suffit de réutiliser des tissus, serviettes, polaires aux couleurs sobres qui encombrent vos étagères, de les découper en bandes régulières de 1 à 2 x 10 cm et de les nouer de façon régulière sur une toile à canevas que vous aurez récupéré chez Mamie ou sur une grille à tisser que vous aurez confectionnée de vos petites mains et dont vous aurez vous-même prédéfini les dimensions.

Les explications détaillées de Michelle Kaufmann sont disponibles en pdf (anglais, à télécharger) ou à visionner (ang) :

Autres articles :

[Intérieur] Mobilier crée à partir de matériaux recyclés

[Intérieur] Mobilier crée à partir de matériaux recyclés

Green design.

Origami. Chaise faite de plastiques divers recyclés, sans colles ni vis. Du designer australien Stuart Macfarlane.

Bouquet étincelant. Une anémone de lumière faite à partir de papier industriel recyclé et de colle végétale, par la française BRINDI.

Chutes de bois. Collection Patchwork de chaises, abat-jours et étagères créée à partir de déchets entrecollés issus de l’industrie du bois, de la Norvégienne Amy Hunting.

Lampe home-made. Abat-jour en bouchons de bouteilles recyclées, carton et laiton, du Français Esprit Cabane.

Fauteuil de papier. Création à partir de rouleaux de déchets issus de l’industrie du papier, du Japonais Nendo.

Billets de banque. Lampes utilisant des billets de banque recyclés comme matériau. Par le belge Baccarne.

Troncs carrés. Chaises et tabourets recouverts d’écorce de bois, des Belges Draw Me a Sheep.

Inspiration victorienne. Fauteuil et bureau en panneaux de lamelles minces en bois collées entre elles par une résine synthétique (OSB), de l’anglais Adam Rowe.

Pâte de papier. Collection de vases PULP en pâte de papier mélangée, du designer Néerlandais Jo Meesters.

Confortables fauteuils de bambou, de Green and more.

Autres articles :

[Intérieur] Un tapis de bain 100 % matériaux recyclés

[Recyclage] Les toilettes-bidet écologiques et économiques

Réutiliser les eaux grises.

Les toilettes classiques disposent pour la plupart de réservoirs d’un volume de 9 litres : chaque famille consomme donc quotidiennement plusieurs dizaines de litres d’eau potable. La généralisation des chasses d’eau « 2 vitesses » a été une première réponse intéressante pour réduire le montant des factures d’eau.

En sus des actions simples et des gestes quotidiens permettant d’économiser l’eau potable (préférer la douche au bain, fermer le robinet quand cela est nécessaire à chaque brossage de dents ou lavage de vaisselle, lancer des cycles de lavage quand les machines -lave-vaisselle, lave-linge- sont pleines, etc.), il serait opportun de trouver des solutions à la problématique du recyclage des eaux grises pour des usages ne nécessitant pas obligatoirement l’utilisation d’eau potable.

Tarek Shaaban a déposé le brevet de son invention portant sur la ré-exploitation des eaux grises pour la chasse d’eau. Il a également développé un dispositif sanitaire innovant permettant de procéder à une toilette intime avec de l’eau tiède.

L’eau recyclée récupérée alimente ainsi la chasse d’eau du toilette qu’il a nommé « réservoir de vie » tandis qu’une petite douchette fixe installée directement sur le bord intérieur de la cuvette est alimentée classiquement par de l’eau  dont l’usager peut régler la température de l’eau jusqu’à 38°. Précisons encore que ce réglage  se fait par un robinet thermostatique mécanique contrairement aux toilettes à thermostat électronique proposés en France par des fabricants japonais.

Comparativement, les toilettes japonais engendrent plus de problèmes d’entretien ou de déréglage que les WC à thermostat mécanique, en plus d’utiliser de l’énergie électrique. Les bienfaits écologiques des toilettes-bidet ne s’arrêtent pas là puisque leur utilisation réduit également de manière significative l’utilisation de papier hygiénique. Plus simples et proposés à 390 euros TTC, les toilettes de T. Shaaban sont largement plus compétitifs que leurs concurrents commercialisés par le Trône, Walneo, Evolance Toto ou Toshiba, dont les prix de vente sont au moins deux fois plus chers (de 700 euros pour l’abattant à ajouter sur un WC classique, à 6000 euros pour des toilettes complets).

A l’origine de son invention, Tarek Shaaban a voulu faciliter la vie des musulmans en créant des WC qui remplaceraient les bidets, les bouteilles d’eau ou le système de douche avec un tuyau extérieur aux toilettes pour se laver. Aujourd’hui, son invention écologique et économique rencontre un succès inattendu auprès d’un public de particuliers à mobilité réduite ainsi que dans le milieu médicalisé des hôpitaux, maternités et maisons de retraite où les toilettes-bidet « 2 en 1 » permettent aux patients de retrouver un peu de confort et d’indépendance.

Contact :

SARL SHAABAN

13 Rue de Sofia, 75018 – Paris

Téléphone portable : +33 (0) 6.63.83.20.04

Téléphone fixe : +33 (0) 1.42.52.20.00

Fax : +33 (0) 1.42.52.50.00

e-mail : sht77[@]hotmail.fr

[Intérieur] Consulter ses imprimés publicitaires sur le net

Pubeco, le site pratique de consultation en ligne de tous les prospectus qui encombrent traditionnellement votre boîte aux lettres.

Auchan, Carrefour, Aldi mais aussi Norauto, Castorama ou bébé9. Au total, pas moins de 70 enseignes s’associent au projet du site Pubeco pour réduire les quelques 40 Kg annuels de pubs, prospectus et imprimés en tous genres qui, aussitôt déposés dans les boîtes aux lettres finissent aussi rapidement dans les bacs de tri des Français.

Un nouveau projet lancé par la société Développement Durable Multimédia qui en appelle à la conscience collective. Le fonctionnement est clair, la participation est simple. Il s’agit dans un premier temps d’empêcher les prospectus d’être déposés dans nos boîtes aux lettres en y apposant un autocollant « Pub non merci, je la lis sur Pubeco.com » disponibles à partir de leur site, sur demande ou librement téléchargeable et imprimable, ou à se procurer directement dans le réseau de distribution de Pubeco.

En se connectant sur Pubeco et en renseignant uniquement son code postal, chaque consommateur peut ensuite consulter et visualiser les promotions actualisées des magasins proches de son domicile. Un moteur de recherche permet en outre de rechercher plus précisément un article parmi les milliers de promotions proposées par les enseignes. L’internaute peut également choisir de créer un compte personnel pour gérer ses commerces favoris. Sa visualisation régulière des promotions en ligne lui permet d’accumuler des points convertibles en réductions dans les magasins partenaires. Enfin, l’abonnement aux flux RSS donne accès aux nouveautés et promotions dès leur sortie.

En collaboration avec l’association GoodPlanet créée et présidée par Yann Arthus-Bertrand, il s’agit de sensibiliser le plus grand nombre aux problèmes sociaux et environnementaux qui se posent aujourd’hui de façon urgente. Gageons que les consommacteurs seront au rendez-vous pour l’environnement, comme les entreprises partenaires l’ont été.

Recyclage de prospectus

Crédit photo