[Eco-concept] La maison nomade à 6 pattes

Walking House, un concept écologique emblématique de la culture du nomadisme.

S’inspirant des verdines, ces roulottes hippomobiles tsiganes du XIXe siècle, la maison nomade est imaginée pour 4 occupants et dispose de toutes les technologies équipant les maisons écologiques actuelles en les réadaptant : panneaux solaires, mini-éoliennes, système de récupération d’eau de pluie, système de compost.

Cette maison à « 6 pattes » se déplace à une vitesse de 60 mètres par heure seulement, permettant -tout comme son ancêtre sur roues- de profiter du paysage pendant le déplacement. Et l’inspiration « roulotte » ne s’arrête pas là : du poids d’une petite automobile citadine (1200 Kg), le module indépendant de la walking-house (mesurant 3.50 sur 3.50m et long de 3.72 mètres) dispose d’un aménagement intérieur  intentionnellement dépouillé, intégré à la structure du module et donc réduit à son strict minimum. La vocation « tout-terrain » de l’engin est également suggérée par les utilisations de sa lointaine cousine rom.

Née de l’imagination débordante de l’équipe (1) britannique N55 du Wysing Arts Centre (Cambridgeshire), la walking-house est bien plus qu’une maison nomade. Elle se veut l’emblème de la culture du nomadisme, proche, par définition, de son environnement, en symbiose avec la nature (sic) et à contre-courant du concept de la propriété terrienne.

La maison nomade à 6 pattes espère donc maintenant trouver des acquéreurs… afin de se regrouper en walking village.

Vous y croyez, vous ?

(1) N55 est composé de Ion Sørvin, Øivind Alexander Slaatto et Sam Kronick.

Publicités