Ma maison solaire en pain d’épices

Initier à la construction durable par la pâtisserie, en famille.

gingersolaire

Miniaturiser la mksolaire, une « vraie et grande » maison verte actuellement exposée au Musée des Sciences et de l’Industrie de Chicago en une pâtisserie gourmande et éducative à la fois, voilà l’ idée de la très originale Michelle Kaufmann.

Changement d’échelle donc, mais tout y est préservé : du bois de façade aux panneaux solaires, en passant par le toit végétalisé et le système de récupération de l’eau. Regardez plutôt :

gingersolaire2

realhome

mksolaire

Pour suivre pas-à-pas la création de cet éco-gâteau ludique, il nous faut retourner un an auparavant, lorsque l’architecte américaine nous proposait sa recette de pain d’épices au gingembre confit entièrement bio en même temps que ses plans pour réaliser la « gingerLotus » -autre maison préfabriquée « réelle » qu’elle a imaginé- dont elle propose la création en miniature (en anglais).

gingerlotus2

gingerlotus-final1

gingerlotus

On peut choisir de suivre et d’imprimer les plans de la maquette gingerlotus (pages 4 à 7) ou préparer le plan de sa propre maison, armé d’un crayon, d’une règle plate, d’une paire de ciseaux et de papier cartonné. Vous pourrez donner les mesures que vous aurez choisies à votre maison solaire miniature. N’oubliez pas, dans ce cas, de tracer les différentes parties des murs et surtout du toit de la maison sur le papier cartonné.

Ensuite, le mode opératoire est simple et si l’on veut vraiment se faciliter la tâche, à la place du pain d’épices américain au confit de gingembre proposé par Michelle Kaufmann, le pain d’épices européen traditionnel fera très bien l’affaire :

Recette  de pains d’épices adaptée de la Hexenhaus allemande

Ingrédients composant la pâte à pain d’épices conventionnelle :
  • 700 g de miel bio
  • 200 g (250 ml) de sucre bio
  • 200 g (220 ml) de beurre bio
  • 2 oeufs bio
  • le zeste d’un citron non-traité
  • 2 c. à soupe de poudre de cacao bio et issu du commerce équitable
  • 2 sachets d’épices pour Lebkuchen (1)
  • 1 kg de farine bio
  • 10 g (2 c. à soupe) de sel Hartshorn salt (carbonate d’ammonium ) (2)
  • 5-6 c. à soupe de lait bio
  • 4 g ou 4 c. à soupe de carbonate de potasse (levure chimique)
  • un peu de farine pour le plan de travail
Ingrédients composant le glaçage :
  • 2 blancs d’oeufs
  • 300 g (750 ml) de sucre glace
  • 6 gouttes de jus de citron
  • l’intérieur d’une gousse de vanille
Décoration

  • 8 « panneaux solaires » ou carrés de chocolat bio issu du commerce équitable
  • pépites de chocolat de différentes couleurs (bleu, vert et rouge)
  • Poudre de noix de coco bio
Préparation
  1. Au bain-marie, faire fondre le miel, le sucre et le beurre en brassant de temps en temps avec une cuillère en bois ;  laisser tiédir hors du feu.
  2. Incorporer au fouet les oeufs, le zeste de citron, la poudre de cacao et les épices. Ajouter ensuite la farine et bien mélanger.
  3. Dans une petite tasse, faire dissoudre le sel Hartshorn dans 3-4 cuillerées à soupe de lait ;  dans une autre tasse, faire dissoudre le carbonate de potasse dans le reste du lait. Incorporer ces deux ingrédients à la pâte et pétrir le tout.
  4. Envelopper la pâte dans une pellicule plastique et laisser reposer 24 heures à la température ambiante. Le lendemain, pétrir la pâte à nouveau rapidement ;  l’étendre au rouleau sur un plan fariné en calculant une épaisseur de 1-2 mm.
  5. Prendre le modèle en papier cartonné, poser les formes des différents éléments sur la pâte étalée au rouleau à pâtisserie et découper à l’aide de la roulette ou d’un couteau fin.
  6. Utiliser les tombées de pâte pour fabriquer de plus petits éléments (la porte, les arbres et tout autre élément décoratif). Déposer toutes les formes sur une plaque à biscuit recouverte de papier cuisson et cuire dans un four préchauffé à 180° C   pendant 5-10 minutes.
  7. Pendant ce temps, monter les blancs d’œufs en neige ;  ajouter le sucre glace et fouetter jusqu’à obtenir un mélange crémeux mais épais. Incorporer le jus de citron et la vanille. Verser cette crème dans une poche à douille ou un sac plastique hermétique et couper l’embout.
  8. Prendre une surface dure pour monter la maison.
  9. Lorsque les formes cuites sont bien refroidies, monter la maison en utilisant le mélange de blancs d’œufs et de sucre glace comme une colle pour les faire tenir en place.
  10. Décorer avec les « panneaux solaires », les pépites de chocolat de couleurs (pour les éléments comme l’eau, la végétation, …), la poudre de noix de coco, etc.

________________________

Notes :

(1) épices pour Lebkuchen : c’est un mélange d’épices vendu en sachets comprenant, en portions égales, de la cannelle, de la noix muscade, des clous de girofle et du tout-épice aussi connu sous « épice de la Jamaïque ». On l’utilise particulièrement dans la confection du pain d’épice (Lebkuchen).

(2) Sel Hartshorn : Hirschhornsalz – Bicarbonate d’ammonium : C’est l’agent levant qui permet aux pâtes de gonfler et de mieux se développer durant la cuisson grâce à la production gazeuse qu’il produit en présence de chaleur. On retrouve l’usage de cet ingrédient dans beaucoup de recettes de la vieille Europe notamment le pain d’épice, les biscottis, les biscuits plats, etc.

Maintenant à vous d’imaginer, de créer… et manger… en famille, votre propre maison solaire !

[Eco-junior] « Mia et le Migou » : une approche familiale de l’écologie

Sortie le 10 décembre 2008

Son long-métrage intitulé La Prophétie des grenouilles l’avait révélé au grand public avec plus de 1 200 000 entrées en France, Jacques-Rémy Girerd revient avec un nouveau film « Mia et le Migou« .

accueilmia

Mia est une fillette d’à peine dix ans. Alertée par un pressentiment, elle décide de quitter son village natal quelque part en Amérique du Sud pour partir à la recherche de son père. Ce dernier travaille sur un chantier gigantesque visant à transformer une forêt tropicale en luxueuse résidence hôtelière. La route est longue pour retrouver son papa. Mia doit franchir une lointaine montagne, entourée d’une forêt énigmatique et peuplée d’êtres mystérieux. Au coeur de ce monde de légende, la fillette découvre un arbre hors du commun et se confronte aux véritables forces de la nature. Une expérience extraordinaire… à découvrir au cinéma dans près de 300 salles le 10 décembre prochain. En attendant, on vous dit tout sur ce film qui a nécessité 6 ans de travail avec notamment la bande-annonce et un extrait de l’interview du réalisateur. Une belle approche philosophique et poétique de l’écologie pour toute la famille.

La bande-annonce de Mia et le Migou (dès 5 ans)

Extrait de l’entretien avec Jacques-Rémy Girerd : l’écologie, un rapport nouveau avec soi-même et avec la Terre

On retrouve de façon récurrente le thème de l’écologie dans vos films, la protection de la planète ? Si l’on s’intéresse aux êtres vivants, il ne peut en être autrement.

Mais encore ? Un film n’est pas seulement un scénario, si bon soit-il. Certes, l’histoire doit être captivante et bien fonctionner, mais les enjeux véritables se situent ailleurs. Le vrai film joue dans les infimes petits moments de vie proposés, dans les ondes relatives qui passent d’un personnage à l’autre, dans les intentions poétiques. Et précisément ici, dans ce rapport merveilleux à la forêt. J’aime imaginer que mon film communique intimement avec le spectateur, qu’il lui chuchote à l’oreille quelque secret, des fragments d’expériences vécues ou imaginées, des détails qui peuvent changer sa vie. Au fond, l’écologie c’est aller chercher les atomes de sincérité au plus profond du vivant. La planète a besoin qu’on s’ajuste sur cette longueur d’onde.

[…]

Mais quand même, ce promoteur totalement immoral, programmé pour détruire et cette petite fille courageuse qui veut aller de l’avant, l’allégorie est forte !

Oui, la nature est fragile, un rien peut la renverser et l’homme moderne a terriblement accéléré les déséquilibres. A l’échelle géologique, le mal est spectaculaire, certains disent irréversible. Seuls les enfants de demain seront sans doute capables de comprendre où l’homme doit aller. L’écologie, ce n’est pas seulement l’isolation HQE des maisons, la promotion des énergies renouvelables ou la réduction de l’émission des gaz à effet de serre ! C’est un rapport nouveau avec soi-même et avec la Terre.

Pour préparer ou compléter :

aux éditions Milan (parution novembre 2008) :

Album du film
Romans 8 – 10 ans
Romans 10 – 12 ans
Album de coloriage
Livre documentaire