[Autopromotion] Votre projet en 10 étapes

Crédit photo

Mode opératoire du montage de projet

  • Etape  1 :

Constituer un groupe de réflexion en réunissant les familles partenaires désireuses de s’intégrer au projet. Le ciment du groupe est l’adhésion à des valeurs communes sur des choix de vie affirmés. A la naissance du projet, le groupe peut être numériquement restreint. Cependant, il est à envisager qu’avec l’exemple et avec des prix plus attractifs, d’autres familles a priori moins réceptives à ce type de projet et à la problématique de l’habitat durable, intègrent le projet et permettent l’extension numérique et spatiale du projet. Selon l’importance numérique du groupe et donc la taille future du projet, la réalisation et la livraison peuvent se concevoir en plusieurs tranches.

  • Etape 2 :

Création d’un cadre juridique basé sur une gestion collective du projet dans le respect de l’indépendance et de l’intimité des familles (association loi 1901, SCI d’attributions, SCOOP).

Choix d’un responsable-pivot entre les membres du groupe d’autopromoteurs, le(s) architecte(s), les différents corps de métiers intervenant dans la construction, les administrations et qui coordonne l’ensemble du projet.

  • Etape 3 :

Phase préparatoire de réflexion.  Choix et circonscription d’une zone ou d’une région d’intégration du projet. Au regard de la localisation du projet, premières réflexions et discussions communes concrètes et détermination des grandes lignes du projet, du cahier des charges et des échéances.

  • Etape 4 :

Contact avec la commune en sondant sa motivation à être co-porteuse du projet. Déterminer un site, terrain communal mis à la disposition du projet dans un premier temps, puis revendu au prorata des portions de terrain, ou bien mis à disposition avec un bail emphytéotique, ou autre montage juridique à voir.

  • Etape 5 :

Recherche d’un architecte-urbaniste pour mener conjointement la réflexion avec le groupe autour du site à construire ou à rénover. Le choix de l’architecte est fondamental car celui-ci constitue la force de proposition et suggère les concepts architecturaux  qui guideront la mise en place du projet concerté.

L’objectif est la réalisation de constructions passives : le meilleur rapport qualité/prix pour un rendement énergétique maximal sera recherché. Les principes de la construction durable et les cibles de la construction HQE (Haute Qualité Environnementale) guideront le projet. Ceci suppose une réflexion sur les orientations, les ouvertures, le recyclage des déchets divers, la récupération des eaux de pluie, le type d’assainissement, le type d’énergie selon l’usage (solaire pour l’eau chaude, poêle à masse …), le type de sanitaires.

  • Etape 6 :

Détermination de la nature du montage juridique du projet et des différentes sources de financement. Trouver la bonne articulation entre acteurs privés collectifs et acteurs publics. Possibilité de proposer, par l’intermédiaire des services municipaux, certains logements en location ou en tant que logements sociaux.

  • Etape 7 :

Mise en commun -Commune et porteurs du projet- des grands axes de travail et les principes déterminants des choix. Organisation éventuelle de réunions publiques d’information sur le projet à destination des autres habitants du quartier ou de la commune.

  • Etape 8 :

Dépôt des permis d’aménager ou de construire. Possibilité pour certaines familles, afin de limiter les coûts, d’opter pour de l’autoconstruction. Possibilité d’organiser des chantiers participatifs sur certaines phases du chantier.

  • Etape 9 :

Réalisation puis livraison du projet (possibilité de livraison en plusieurs tranches).

  • Etape 10 :

Installation des familles et, le cas échéant, mise en place des projets professionnels sur le site.

Publicités

[Autopromotion] Réalisez le logement que vous voulez et que le marché ne produit pas

Encourager et développer les initiatives d’autopromotion.

C’est d’un modèle de vie inédit qu’il s’agit et d’un nouveau type d’opérations urbaines respectant les principes du développement durable et participant à la lutte contre l’étalement urbain. Ce modèle existe depuis plusieurs années  dans d’autres pays européens et notamment en Allemagne sous le nom de Baugruppen : les quartiers Vauban à Fribourg et du Kronsberg à Hanovre en sont l’exemple le plus abouti.  En France, il n’existe encore que peu d’initiatives allant dans ce sens. Et pourtant, les attentes d’un nombre croissant de français -particuliers et professionnels-, qui ne trouvent pas de réponse sur le marché de l’immobilier tel qu’il est constitué actuellement, se font de plus en plus pressantes.

Les coopératives ou groupes de construction en autopromotion constituent une alternative nouvelle pour accéder à la propriété. Par l’investissement dans un projet concerté, chacun peut espérer aboutir à la construction d’un immeuble en milieu urbain ou d’une zone de maisons individuelles ou mitoyennes en milieu rural ou semi-rural, où chacun aura un espace de vie et/ou de travail correspondant à ses moyens financiers et à ses aspirations.

Des vidéos de réalisations abouties de projets en autopromotion sont disponibles :

Belgique, Ottignies, 2007.

Canada, St-Mathieu-du-Parc, 2007.

[Paris – Eco-quartier] Quartier Frequel-Fontarabi

XXe arrondissement de Paris : innovation et bon-sens. La rénovation de l’îlot s’inscrit dans la mise en place, par la Ville de Paris, d’une démarche globale de développement durable. Les programmes pour ce quartier, qu’il s’agisse de réhabilitation ou de construction s’inscrivent dans la droite ligne des projets HQE (Haute Qualité Environnementale) en prenant tout particulièrement en compte les problématiques énergétiques, d’insertion urbaine et d’intégration des habitants. Bâtiments passifs de logements sociaux, jardin commun, crêche, locaux associatifs ou d’activités et démarche originale de partage des places de parking inoccupées sur le secteur sont prévus dans le projet.

[Belgique – Eco-quartier] Un projet d' »habitat groupé » écologique

Ottignies, Belgique, 2007. Cinq ans de réflexion et de concertation communes ont été nécessaires pour aboutir à la réalisation de Bois del Terre, nom de l' »habitat groupé » écologique et solidaire créé par six familles belges sur un terrain en copropriété de 130 ares.

Récit de leur démarche, de leur organisation, de leurs choix et description de leur projet de vie commun sous le signe de développement durable et de l’économie solidaire.

[Eco-quartiers] Liste de projets réalisés ou en cours

France

Angers, 2007 : le plateau des Capucins.

Bordeaux, 2008 : le quartier Dupaty.

Bourges, 2007 : Lammerville.

Chalon-sur-Saône, 2007 : Saint-Jean-des-Jardins.

Charité sur Loire, 2008-09 :  logement social (en cours).

Grenoble, 2008 : quartier De Bonne (en cours).

Narbonne, 2007 : le quartier du Théâtre.

Paris, 2007 : ZAC Clichy-Batignolles.

Paris, 2007 : ZAC Gare de Rungis.

Paris, 2008 : quartier Frequel-Fontarabi.

Saint Priest, 2008 : ZAC « Les Hauts de Feuilly ».

Lire la suite

[Canada – Eco-quartier] Le projet des Habitations APEX

Isabelle St-Arnaud, présidente de la coopérative de travail « Les Habitations APEX« , décrit la nature des projets entrepris par son équipe. « Les habitations APEX » sont à l’origine de la réalisation d’une vingtaine de maisons sur tout le territoire québécois et offrent aux clients désireux de rénover ou de construire de façon écologique, des matériaux sains, innovants et alternatifs. Depuis 2007, les membres APEX sont investis dans le projet d’éco-quartier « de Feuilles en aiguilles » dans le village de St-Mathieu-du-Parc.

[Intérieur] « Pour une High-tech responsable »

9e édition du guide « Pour une High-tech responsable » édité par Greenpeace.

9e Guide Greenpeace "Pour une high-tech responsable"

9e Guide Greenpeace

La neuvième édition du classement « Pour une high-tech responsable » de Greenpeace révèle que cinq marques ont fait des progrès significatifs : Nokia, avec une belle longueur d’avance, puis, dans un mouchoir de poche, Samsung, Fujitsu Siemens, Sony Ericsson et Sony. « La plupart des grandes marques font désormais des efforts pour se conformer aux critères de plus en plus stricts de notre classement, commente Zeina Al Hajj, responsable de la campagne Toxiques. Apple, Nokia, Sony Ericsson et Samsung enregistrent en particulier les meilleures performances sur le volet “économies d’énergie”. »

Le guide « Pour une high-tech responsable », lancé en août 2006, classe tous les trois mois les 18 principaux fabricants d’appareils électroniques en fonction de trois critères : consommation énergétique de leurs appareils, politique en matière de substances chimiques et gestion des déchets/recyclage. L’objectif de ce guide est d’offrir un outil aux consommateurs pour éclairer leurs choix lors d’un achat, mais aussi de faire émerger une demande forte de produits électroniques économes en énergie et exempts de substances toxiques. De tels appareils pourront donc ensuite être recyclés sans polluer l’environnement et sans mettre en danger la santé des travailleurs du recyclage, en Europe mais aussi dans les pays en voie de développement d’Asie ou d’Afrique.